Je m’appelle Alain, j’ai 71 ans et je suis implanté depuis le 21 septembre 2020. Je vous apporte mon témoignage après cette intervention qui me permet de réentendre aujourd’hui.

Je vais essayer d’être le plus précis possible pour montrer que dans la vie, il n’y a pas de situation insurmontable !

Pendant 42 ans, j’ai exercé le « beau » métier de marbrier. Dix-sept ans comme employé de mon beau-père, avant de le remplacer à sa retraite. J’ai été exposé aux bruits des machines, mais je ne  pense pas que ce soit la cause de mes problèmes d’audition.

Je suis très sportif, en parallèle à  ma vie professionnelle. J’ai pratiqué le football pendant 20 ans puis le tennis. Aujourd’hui, je fais  de la compétition de tir à l’arc et du vélo de randonnée, les kilomètres ne me font pas peur.

Après un AVC le 9 septembre 1998 (jour de la saint Alain !) j’ai eu une perte d’audition partielle de l’oreille droite en décembre. 

Deuxième alerte en 2006 sur cette oreille avec la perte totale d’audition.

Très bien soigné à Béziers à la clinique du Docteur Jean Causse, le Docteur Fontaine va s’efforcer de conserver l’audition de mon oreille gauche de 2007 à 2020. 

Nouvelle secousse en 2019, un cancer des voies biliaires est détecté. Opération d’urgence par le Professeur Adham à l’hôpital Edouard Herriot à Lyon. Il m’a fallu trois mois pour récupérer de cette  délicate opération. 

Début novembre 2019, tout va bien mais… On m’annonce une chimio préventive sur six mois ! Que faire?

Après réflexion et à contre-cœur, je donne mon accord à l’oncologue. La chimio débute le 30 décembre, le jour de mes 70 ans ! Pendant six mois, ce sera la galère: nausées, diarrhées, douleurs au ventre, plus de sensation aux extrémités des pieds et des mains, et ongles en très mauvais état.

Courant juin, après l’arrêt de cette chimio préventive, la vie reprend son cours, la santé revient petit à petit, mais il faut ajouter la pandémie, le début du confinement malgré tout cela, le moral est de retour.

Le scanner de contrôle est bon, j’ai gagné mon round contre le cancer, tout va bien. Forme et moral à nouveau au beau fixe, je reprends mes activités dans ce merveilleux Bocage  Bourbonnais. Je refais la peinture de mon tennis, je commande un kit solaire d’autoconsommation et je commence l’installation. Il fait très chaud, c’est la canicule, je travaille uniquement le matin.

Le 21 juillet, je passe la visite annuelle à Béziers. Tout va bien, l’oreille droite ne fonctionne plus, mais la gauche est stable, pas d’inquiétude.

La catastrophe arrive le 27 juillet, je travaille à la bétonnière pour mon kit solaire et soudain, je n’entends plus le moteur! J’appelle ma fille avec mon iPhone, plus d’audition. Retour à Béziers le  lendemain matin, plongé dans un silence impressionnant.

Le Docteur Fontaine est très surpris, je  vois qu’il est impuissant devant cet évènement. Il me prescrit un traitement à la Cortisone pour deux mois.

Pendant trente jours, je vais prendre ces médicaments sans avoir la moindre évolution, je suis plongé dans un profond silence.

 

Pour dialoguer avec mon épouse, elle est obligée d’écrire. Je suis perdu, j’ai fait du relationnel toute ma vie, là, c’est un autre monde que je  découvre, plus de bruit, plus de chants d’oiseaux, plus de musique, plus de plaisanteries, plus de vie sociale, plus rien du tout !

Nous sommes fin août, la situation n’a pas évolué, mon traitement s’avère inefficace. Mon fils  vient pour le week-end terminer mon kit solaire et m’informe d’une éventuelle opération avec la  pose d’un implant cochléaire.

 

Très intéressé par cette nouvelle, je me décide d’envoyer un mail de détresse au Professeur Mom, au CHU de Clermont Ferrand. Peu de temps après, j’ai l’heureuse surprise d’être convoqué pour une visite de contrôle. Accompagné de mon épouse, car je ne communique plus, je suis pris en main par une équipe formidable. C’est tout d’abord un jeune interne qui va me faire toute une batterie de tests. L’audition est à zéro. Le même jour, je rencontre le Professeur Thierry Mom et tout s’enchaîne. Il comprend très vite mon mal-être,  m’explique comment remédier à une telle situation et me demande de réfléchir.

 

Pour moi, tout est clair, pas besoin de réfléchir, j’ai choisi la pose de l’implant le plus rapidement possible. La date de l’intervention est arrêtée, c’est le 21 septembre. Contrairement à l’intervention pour le cancer de l’année précédente, je suis détendu, je n’appréhende pas cette nouvelle épreuve. Il est bon de  signaler que le Professeur Thierry Mom dégage une telle sérénité dans ses propos et ses attitudes que j’ai hâte de passer à l’acte.

Quelques jours avant la pose de l’implant, je deviens membre de l’association CISIC. J’ai la  chance de rencontrer Nadine Rago à son domicile, elle est la correspondante locale. Implantée des deux oreilles, par le Professeur Mom, je suis épaté par son état ! Elle va converser avec mon épouse, me présenter tous les avantages de l’implant cochléaire et me soutenir dans ma décision. 

 

Le jour J: 

 

Dimanche 20 septembre, c’est le départ pour le CHU. Pas d’angoisse, très peu d’inquiétude. L’opération se déroule tranquillement, j’ai reçu un implant de la marque Cochléar avec le dernier-né des processeurs Nucleus7.

Au réveil, pas de douleurs, c’est incroyable, je ressemble à  Belphégor ou Ramsès 2 mais tout va bien.

 

Je regagne mes pénates très rapidement, le mardi matin avec seulement un pansement sur l’oreille et une ordonnance pour le paracétamol qui ne sera pas utile. Tout est clean pour le renouvellement du pansement une semaine après au CHU. J’ai rendez-vous le 6 octobre pour activer les électrodes.

 

Je suis un peu inquiet: que va-t-il se passer? Je suis très impatient de franchir ce cap pour savoir si je vais de nouveau entendre. Je fais la connaissance d’Antoine Gensty qui va s’occuper des réglages de mon appareil.

 

Le Père Noël passe avant l’heure pour moi cette année. Je reçois tout  mon matériel, un sac à dos complet. Il serait trop long de vous énumérer le contenu, parlons du  principal, le processeur Nucleus7. Il est très léger et très discret, il épouse parfaitement la forme  de l’oreille. Après toutes les explications et le chargement de l’application Nucleus Smart sur mon iPhone, Antoine Gensty commence les premiers réglages.

Premières impressions, j’entends du bruit, des sons et quelques mots. Je suis heureux et soulagé, ça fonctionne! Les réglages vont s’effectuer chaque semaine au début puis tous les quinze jours puis chaque mois… Ils ne sont pas encore terminés. Les bruits du départ sont progressivement des sons perfectibles, quel bonheur!

 

Nouveau grand jour: 

 

Le 12 octobre, je débute mes séances avec Géraldine Boucaumont, l’orthophoniste. Avec deux séances par semaine, elle va très vite me motiver et m’apporter ses méthodes et encouragements qui vont m’être bénéfiques.

En parallèle, elle me donne du travail à faire sur internet, le soir à la maison. À son contact, j’avance à grands pas et je refais la séance à la maison avec mon épouse. 

 

Nouveau cap, le 27 novembre, Géraldine Boucaumont me donne ma première séance au téléphone. C’est dur, mais elle est très patiente et c’est magnifique, je reviens dans le monde de la communication grâce à elle ! Mon iPhone est connecté directement avec mon processeur, quel bonheur !

Aujourd’hui, en mars 2021, je prends le risque d’appeler mes proches et mes amis. Les sons sont encore « mécaniques » mais je comprends.

Cinq mois après la pose de l’implant, je  peux me débrouiller seul. Ce n’est pas encore l’euphorie, mais j’écoute de la musique sur l’iPhone  grâce à sa connexion directe sur l’implant. J’entends la trotteuse de l’horloge de la cuisine, le  chant des oiseaux ... Je remonte à vélo sans crainte, je fais les courses seul !

 

Trois mois après mon inscription à la Cochlear-Family j’ai eu l’agréable surprise de recevoir en cadeau le Cochléar mini-microphone2+. C’est un microphone connecté directement à mon  implant très utile lorsque j’ai plusieurs personnes autour de moi.  

J’espère que ce témoignage vous aura convaincu d’accepter l’implant cochléaire. Ce n’est pas encore la  perfection, mais que de chemin parcouru depuis ma surdité totale ! J’attends maintenant  l’opération de l’oreille gauche et la pose du deuxième implant. 

Pour terminer, je voudrais remercier chaleureusement le Professeur Thierry Mom et toute son équipe qui ont changé ma vie ! 

Merci à Antoine Gensty pour sa patience et la finesse de ses réglages. 

Merci à Géraldine Boucaumont pour sa gentillesse, sa disponibilité et son professionnalise. Enfin merci, à mon épouse et mes proches pour leur soutien sans faille. 

 

Amis malentendants je vous conseille maintenant de faire comme moi ! Allez dans le riche répertoire de Jean Ferrat et écoutez l'une de ses chansons: « Que c’est beau la vie » !

 

 

Alain, un malentendant à votre écoute.