Voila quelques extraits de notices recopiés.

Ils concernent les modèles d'implant "récents" des différentes marques. Il est bien sur évident que chacun doit lire la notice de SON modèle d'implant. Il est possible que contrairement aux modèles récents, les anciens modèles d'implants des 3 marques citées ci-dessous ne supportent pas le passage dans les portiques.

Certaines marques équipent leurs appareils d’une fonction « chuchotement », qui facilite la compréhension de la parole à très faible niveau.

Il est tout à fait possible et fréquemment utilisé, par exemple, lors de l’implantation d’un devenu sourd qui a perdu plus vite l’audition d’un côté que de l’autre : l’oreille non implantée, équipée d’une prothèse conventionnelle, peut apporter une aide tout à fait intéressante. Il arrive qu’au début de la rééducation, le déséquilibre entre les 2 oreilles soit un peu perturbant (lorsque par exemple l’oreille non implantée a conservé des graves de bonne qualité, qui doivent se « mixer » avec la palette plus complète de l’oreille implantée, mais la fusion se fait la plupart du temps en quelques semaines.

Beaucoup d'implantés trouvent que certains bruits sont désagréables les premiers temps après l'activation de leur implant. En général, cette impression n'est que temporaire, car la personne implantée va s'y habituer, tout comme les entendants "normaux".

Quel que soit le sport pratiqué, veuillez toujours considérer les points suivants :

  • Assurez le maintien de votre processeur pour éviter toute chute susceptible de l’endommager ou même de provoquer sa perte. Si nécessaire, utilisez pour cela un casque, bandeau, système de fixation comme un embout spécial (voir un peu plus bas) …
  • Protégez votre processeur de l'eau, du sable, de la poussière.
  • Protégez votre tête en utilisant un casque adapté à l’activité pratiquée, et permettant si nécessaire le port de votre processeur ;
  • Prévenir les dommages liés à l’humidité : protéger votre processeur de la transpiration, et placez-le régulièrement dans un système de dessiccation.

La plupart des fabricants autorisent la plongée sous marine sous une double condition:

  • respect d'une profondeur limite qui dépend du modèle d'implant,
  • accord du chirurgien ORL en charge du suivi, car indépendament de la résistance de l'implant, il peut y avoir des contre indications liées à l'état de l'oreille par exemple.

Début juillet 2002, une alerte a été lancée par plusieurs agences nationales de santé dans le monde concernant un risque de méningite lié à l'implant.

La compréhension de la parole n'est pas toujours immédiate avec un implant. Des séances de rééducation sont prévues, mais il est aussi possible de s'entraîner tout seul pour progresser plus vite.