Nous sommes sollicités et intervenons depuis des années pour pour presenter aux professionnels de santé le ressenti des patients implantés.

L’enjeu est de taille et nos auditoires de professionnels de santé en formation ou en activité l’ont bien compris : intégrer le vécu des patients implantés pour mieux comprendre nos attentes et donc mieux répondre à nos besoins.

 

Informer audioprothésistes, orthophonistes ou autres professionnels de santé

Voix et parole des adultes sourds implantés : résultats d’enquêtes à destination des personnes implantées et des orthophonistes.
Noémie COURTADE, Stéphanie BOREL, orthophonistes
Dans le cadre d’un mémoire en orthophonie, nous avions fait appel à vous en mars 2018 afin que vous nous fassiez part de vos ressentis sur votre voix et votre parole ainsi que sur la rééducation orthophonique. Nous vous remercions pour votre participation et pour l’intérêt que vous avez porté à cette étude : vous avez été 211 à répondre au questionnaire en ligne. Nous remercions également le CISIC, qui a permis la diffusion de ce questionnaire.
Voici une synthèse des résultats.
Les études publiées sur la voix et la parole des adultes présentant une surdité sont généralement anciennes, souvent disparates et parfois contradictoires. De plus, aucune publication ne nous renseigne sur le ressenti des adultes implantés à propos de leur voix. Nous avions donc choisi de réaliser deux questionnaires : l’un à destination des adultes implantés afin d’obtenir une auto-évaluation de leur voix et de leur parole (186 réponses retenues), l’autre à destination des orthophonistes afin de recueillir leur description de la voix et de la parole des adultes implantés (150 réponses retenues). Nous avons distingué les surdités pré et péri-linguales (survenues entre 0 et 6 ans) des surdités post-linguales (survenues après 6 ans).
Les personnes implantées et les orthophonistes interrogés s’accordent sur la présence de difficultés de contrôle de la hauteur et de l’intensité, ainsi que d’une voix forte, chez les adultes avec une surdité pré/péri et post-linguale. Chez les adultes avec une surdité pré/péri-linguale, des difficultés liées à la parole sont également relevées, marquées par l’impression d’un accent régional ou étranger ainsi que des difficultés liées à l’articulation. On note des différences de résultats entre les deux questionnaires (par exemple, les orthophonistes relèvent une voix nasalisée chez les adultes avec une surdité pré/péri-linguale mais pas les personnes implantées). Ces différences pourraient s’expliquer par le fait que les personnes implantées perçoivent leur voix et leur parole à travers le filtre de l’implant, qui ne permet pas la restauration d’une perception complètement naturelle des voix.
Les adultes implantés après une surdité pré/péri-linguale ont plus de remarques sur leur voix et leur parole de la part de leur entourage que les adultes présentant une surdité post-linguale (31% contre 16%).
Parmi les 186 personnes implantées interrogées, 96% ont bénéficié d’une rééducation orthophonique post-implantation et 14,5% ont suivi une rééducation de la voix et de la parole que la plupart ont trouvé efficace (moyenne de 8/10 sur l’échelle de satisfaction), s’axant principalement sur la coordination entre la respiration et la voix, la capacité à projeter sa voix suffisamment fort et loin, l’intonation, le contrôle de la hauteur et de l’intensité, grâce notamment à des aides par visualisation de la voix sur un écran. On constate finalement que très peu des personnes interrogées sont en demande d’une rééducation de la voix ou de la parole. Lorsqu’elles le sont, c’est alors la précision de l’articulation et la maîtrise de l’intensité de la voix qui les intéressent principalement. Au total, nous remarquons que 19% des adultes implantés ont suivi une rééducation ou en sont demandeurs, alors que 47% se disent gênés par leur voix ou leur parole. Nous pouvons supposer que la gêne (en moyenne 1,7/10) n’est pas suffisamment importante pour qu’ils envisagent une rééducation orthophonique axée sur ce point. Parmi les orthophonistes interrogés, peu ont déjà mené ce type de rééducation, cependant une large majorité est en demande d’outils d’évaluation et de rééducation vocales spécifiques à la surdité.

Ce mémoire à fait l’objet d’une publication dans une revue scientifique*
Noémie Courtade est actuellement orthophoniste à l'institut d'éducation sensorielle IRSAM à la Réunion , secteur Nord.

Noémie Courtade et Stéphanie Borel ; Janvier 2019

*La voix et la parole des adultes implantés cochléaires : enquêtes sur le ressenti des adultes implantés et les représentations des orthophonistes.Noémie Courtade, Stéphanie Borel .Audiol. Direct (2) 3 (2018)

logo tct6

Les échanges en face à face ne vous posent aucun problème … mais vous avez du mal à comprendre au téléphone ou à soutenir une conversation téléphonique ?

Nous avons pour vous la solution : le TCT-6.

Réservé aux orthophonistes, le TCT-6 est un programme qui vise à restaurer la confiance du patient dans l’utilisation du téléphone et à le rendre plus autonome dans les échanges avec ses proches et ses collègues.

 

Comment se déroulent les séances ?

L’association CISIC, réseau national d'information sur l'implant cochléaire poursuit son action en faveur de l'implant cochléaire, une technologie remarquable pour la réhabilitation de l’audition chez l’adulte comme chez l’enfant. Néanmoins, tous les porteurs d'implant cochléaire n'obtiennent pas forcément les mêmes résultats ou ne rencontrent pas les mêmes difficultés dans la vie quotidienne.
Rassemblant plus de 2 000 patients implantés (enfants et adultes), notre association a souhaité mieux connaitre l'utilisation et la perception de ces porteurs d'implant cochléaire, dans la vie quotidienne.